Comment définir une zone ATEX ?

Comment définir une zone ATEX ?

Il est fréquent de voir figurer l’acronyme ATEX dans un bâtiment ou un milieu de l’industrie. Les produits atex permettent d’assurer la sécurité des sujets qui travaillent dans les zones dangereuses. Cela, qu’il s’agisse des tablettes, des casques communicants, des talkies-walkies ou des téléphones. Il est alors essentiel d’acquérir des connaissances concernant la réglementation des zones ATEX.

Qu’est-ce qu’une zone ATEX ?

Une zone ATEX ou Atmosphère explosive concerne simplement les endroits ouverts ou pas. Ceci concerne l’endroit où l’on peut trouver de risque d’explosion plus importante que la moyenne. Cette notion est définie réglementairement. Il est possible que le risque soit connu ou non. Vous trouverez peut-être dans ces endroits des signes de risque explosifs qui sont visibles à l’œil nu. Parfois, il peut y avoir des indicateurs de risque explosifs qui nécessitent des matériels plus fins que votre œil. Probablement, les explosions peuvent survenir à cause de certaines matières telles que le gaz ou d’autres matières solides ou liquides.

C’est la raison dans laquelle le Code de travail en France considère le risque explosif, cela au niveau de la commission européenne. En effet, selon la directive atex 99/92/CE, une société qui emploie des salariés doit être tenue de faire une classification des zones à risque et d’évaluer les risques d’explosion sur leur site. Chaque zone atmosphère explosive est normalisée selon leur degré de dangerosité. Afin de définir la sécurité dans les lieux de travail, un zonage ATEX doit être réalisé par un intervenant compétent. Pour plus d’infos, allez sur safengy.fr.

Comment définir une zone ATEX ?

La définition d’une zone ATEX dans un lieu de travail doit passer par une analyse subtile de l’ensemble du processus de production. Dans un premier temps, il est possible d’identifier des zones à risques d’explosion. Cela pour que les moyens apportés pour les maîtriser soient bien adaptés et pertinents. S’il y a la présence ne serait-ce qu’un minime risque d’explosion, il y a des mesures de sécurité qui doivent être prises avec des outils adaptés dits ATEX. L’emplacement d’une zone ATEX est subdivisé en zone 0 à 2 pour les vapeurs et les gaz et en zone 20 à 22 concernant les poussières.

Selon la probabilité de présence d’atex et le type de zone, ces dernières sont réparties dans des groupes définis. Sachez que le but de cette pratique c’est de définir les risques et les solutions adaptées, notamment le dispositif (électrique ou non) à utiliser sur chaque zone. Il est important de noter que le matériel certifié pour une zone à 0 est également efficace pour celle de la zone 1 et 2. Ceci s’applique aussi pour les zones 20, 21 et 22. Cependant, il est impossible d’utiliser l’appareil certifié dans la zone 2 pour les zones 1 et 0, cette procédure s’emploie également pour celle des zones 21 et 20.

Les étapes de zonage ATEX

La collecte des données physico-chimiques des produits combustibles sur le site fait partie de l’étape d’un zonage. Cette étape consiste en effet à mettre en place une liste des produits combustibles et analyser leur nature afin de savoir leurs caractéristiques chimiques. Ensuite, il convient de réaliser une analyse fonctionnelle des installations qui mettent en œuvre les produits inflammables. Cela concerne la description du fonctionnement des installations et le rassemblement de toutes les informations qui le concernent. Après cette étape, il y a la détermination des sources de dégagement et de l’admissibilité d’apparition d’un atex.

L’étape suivante consiste à caractériser la zone. Ceci consiste à évaluer l’étendue et la dangerosité de cette dernière. Le chef de l’établissement ou l’un de ses collaborateurs est celui qui doit déterminer les zones à risques d’explosion qui contiennent des vapeurs, des poussières ou du gaz sur leur lieu de travail. La dernière étape qui est l’étude des sources d’inflammation permet de mettre en avant certains éléments qui peuvent s’introduire dans la zone dangereuse et seraient susceptibles de déclencher un incendie.